free xxx tv

J’√©tais un gar√ßon au ch√īmage et impuissant. Plus pr√©cis√©ment, je ne travaillais pas parce que je ne pouvais pas trouver mon propre travail. J’ai toujours eu des probl√®mes d’argent. J’avais l’habitude de demander √† ma belle-m√®re de s’occuper de mon probl√®me d’argent. Elle √©tait aussi en train de convaincre mon p√®re et de me donner l’argent qu’elle avait pris. Bref, je mangeais l’argent de mon p√®re. Ma belle-m√®re avait aussi une fille nomm√©e Serpil. Serpil √©tait fianc√© depuis quelques mois et allait bient√īt se marier. Il √©tait caissier dans une √©picerie. Depuis qu’il √©tait fianc√©, il ne voulait m√™me pas me donner un reniflement de l’argent qu’il recevait. Depuis qu’elle achetait des produits blancs, elle payait leurs acomptes provisionnels. Bref, elle √©tait occup√©e √† faire la dot. La fianc√©e de Serpil √©tait une personne suffisante et ennuyeuse nomm√©e Ferit. Quand il est venu vers nous, il ne pouvait voir personne d’autre que Serpil. Il resterait avec nous pendant des heures et ne quitterait pas la chambre de Serpil. Ils ne voulaient m√™me pas me prendre au s√©rieux quand je m’opposais √† cette situation. Pendant que Serpil √©tait en cong√© hebdomadaire avec lui, elle rentrait chez elle tard dans la soir√©e. Ils avaient huit ans d’√©cart. Comme le p√®re de Ferit √©tait constructeur, il avait aussi l’habitude de passer du temps avec lui. Bien qu’il n’ait pas travaill√© lui-m√™me, il a r√©ussi gr√Ęce √† son p√®re. Il avait une voiture de mod√®le tardif, on ne savait pas ce qu’il en faisait. Tout √©tait attendu de lui, y compris la luxure. Toutes ces pens√©es me rongeaient alors que les doutes dans mon esprit augmentaient. Les ann√©es pr√©c√©dentes, nous allions au village chaque √©t√© en famille et prenions des vacances pendant quelques mois. Mais cet √©t√©-l√†, comme Serpil travaillait, je devais rester avec elle. Cela faisait plus d’un mois que mon p√®re et ma belle-m√®re n’√©taient pas all√©s au village. Pendant le temps o√Ļ nous sommes rest√©s √† la maison avec Serpil, il n’y avait aucune n√©gativit√©. Serpil avait l’habitude d’aller au travail √† 9h00 le matin et de revenir √† 19h00 le soir. M√™me s’il est tard ces derniers temps, je n’√©tais pas obs√©d√© par √ßa. Alors que j’√©tais contre le fait que Serpil porte des pantalons de surv√™tement auparavant, je ne disais plus rien. Honn√™tement, j’ai m√™me aim√© √ßa. M√™me les traces de la culotte qu’il portait √©taient visibles √† c√īt√© de ses hanches pleines et rondes qui ne rentraient pas dans son pantalon de surv√™tement. Au d√©but, elle portait des culottes normales, mais derni√®rement, elle s’est int√©ress√©e aux strings. Le string sous le pantalon de surv√™tement fendait ses hanches en deux. Bien que son √©tat soit perceptible, il √©tait assez √† l’aise avec moi. Mes sentiments envers Serpil ont commenc√© √† changer. Notre maison, qui √©tait tr√®s chaude en √©t√©, ne dormait pas la nuit. Les reproches de Serpil l’ont √©galement confirm√©. Il disait qu’il ne pouvait pas dormir √† cause de la chaleur et qu’il se rendait au travail fatigu√© sans dormir. Il avait du mal √† se lever le matin. Il a demand√© de l’aide pour l’enlever. Quand je suis entr√© dans sa chambre pour le r√©veiller un matin, j’ai √©t√© accueilli par un spectacle incroyable. Serpil √©tait allong√© face contre terre, soutien-gorge culotte. Si je disais culotte, ce n’√©tait pas une culotte normale, c’√©tait un string. Le string qu’elle portait √©tait perdu entre ses hanches. Seul le sommet √©tait visible. Elle serra l’oreiller dans ses bras et tira ses hanches en arri√®re. Sa peau p√Ęle √©tait incroyablement belle. Les hanches blanches brillaient comme des courgettes. Cette image m’a d√©truit. Je ne pouvais pas supporter la vue et √©jacul√© dans ma culotte. Apr√®s ce jour, ma vision de Serpil avait encore chang√©. Il √©tait avec sa fianc√©e jusque tard dans ses jours de cong√©. Quand je lui ai dit que je n’aimais pas sa fianc√©e et qu’on pouvait tout attendre de lui, je lui conseillais d’√™tre prudent. Serpil savait tr√®s bien ce que je disais. Il m’a dit: “Ne t’inqui√®te pas, G√∂kay, tu peux me faire enti√®rement confiance l√†-dessus!”Il a dit et je lui ai fait confiance. Je ne l’ai pas poursuivi parce que je lui faisais confiance. Dans les jours suivants, nous sommes devenus plus sinc√®res sur ces questions. J’ai apport√© 6 bouteilles de bi√®re sur le chemin du retour un soir. Comme mes parents n’√©taient pas √† la maison, je pouvais boire. Serpil n’avait m√™me pas ouvert la bouche √† ce sujet. Il lui a dit ‚Äú ” Tu bois aussi, ma fille!”J’ai dit. Serpil a dit: “T√∂bee tobee, es-tu fou!”il dit qu’il ne voulait pas boire. Et j’ai dit: “Bois cette fille, c’est bon!”Je n’arr√™tais pas d’insister. Enfin, ‚ÄúJe bois, mais si je me saoule, tu es responsable!‚ÄĚ ledit. Nous √©coutions de la musique et buvions. Quand Serpil a termin√© sa deuxi√®me bouteille de bi√®re, les mots roulaient dans sa bouche, ses yeux se plissaient et elle ne savait pas ce qu’elle disait. Serpil a dit: “J’ai le vertige, suis-je ivre maintenant?”puis il √©clata de rire. Une bi√®re ou deux, comme j’en ai l’habitude, ne m’a pas impressionn√©. Pendant que je me v√©rifiais, Serpil a commenc√© √† se perdre. Je voulais savoir quel niveau de relation il avait avec sa fianc√©e. Quand j’ai demand√©, il essayait d’expliquer √† moiti√©. √Ä part s’embrasser et t√Ętonner, ils n’avaient pas encore √©t√© en couple, m’a-t-elle dit. Il a dit que m√™me si sa fianc√©e en voulait plus, il ne l’autorisait pas. Au fil du temps, Serpil s’√©vanouissait et se saoulait. Il n’en pouvait plus et s’est affaiss√© sur la chaise. Peu de temps apr√®s, il s’est √©vanoui et s’est endormi. C’√©tait si doux, si beau que je ne pouvais pas me lasser de le regarder. Parce qu’elle √©tait allong√©e sur le dos, ses seins rentr√©s dans son corps ressemblaient √† une pyramide. Plusieurs fois ‚Äú ” Serpilli√®re! Serpilli√®re!‚ÄĚ Il gisait mort alors m√™me que j’appelais. J’ai rassembl√© mon courage et je me suis approch√© de lui. J’ai pouss√© quelques coups de coude, accroupi sur mes genoux. Alors qu’elle s’agitait, une jambe a gliss√© du si√®ge et a touch√© le sol. Son image actuelle √©tait insupportable. Ses jambes ouvertes ont √©galement r√©v√©l√© sa chatte. La chatte √† l’int√©rieur du pantalon de surv√™tement semblait avoir √©t√© coup√©e en deux. Sa chatte ronde bomb√©e m’a incroyablement excit√©. Ma bite, qui √©tait d√©j√† lev√©e, a commenc√© √† palpiter √† cette vue. J’ai mis ma t√™te entre ses jambes et j’ai commenc√© √† renifler sa chatte par-dessus le pantalon de surv√™tement. J’ai presque √©jacul√© pendant que je sentais ta chatte. C’√©tait incroyable et √ßa sentait incroyable. Je voulais le toucher, mais je n’osais pas toucher ta chatte. Au fur et √† mesure que mon d√©sir et mon d√©sir grandissaient, je ne pouvais pas me retenir. J’ai touch√© sa chatte par-dessus son pantalon de surv√™tement, pensant √† tout ce qui allait arriver. Je tremblais de plaisir √† ce moment-l√†. J’essayais d’apprendre sa forme et son diagramme en sentant les indentations et les saillies de sa chatte avec mes doigts. Ses pantalons de surv√™tement √©taient fins et plus faciles √† manipuler. J’ai ouvert le pantalon de surv√™tement pour voir sa chatte. Sa petite culotte ne couvrait m√™me pas les poils de sa chatte. Cette image √©tait in√©vitable lorsque les culottes qu’elle portait √©taient des strings. Je voulais en voir plus quand je regardais le haut de sa chatte. J’ai d√Ľ enlever son pantalon de surv√™tement pour √ßa. Si je devais le sortir dans le couloir, Quand je me r√©veillais, je ne trouvais pas les mots √† dire. Il a pouss√©, ” L√®ve-toi fille, ne dors pas ici, va te coucher et allonge-toi!”Quand j’ai appel√©, il a juste marmonn√© quelque chose que je ne comprenais pas, c’est tout. J’ai attrap√© les aisselles et les ai soulev√©es. Apr√®s l’avoir serr√© dans mes bras et l’avoir port√© dans sa chambre, je l’ai allong√© sur le dos sur le lit. J’allumai la lumi√®re et m’assis √† ses pieds. Prenant une profonde inspiration, j’ai attrap√© l’√©lastique des pantalons de surv√™tement, les ai lentement d√©coll√©s de leurs jambes et les ai retir√©s par les orteils. Maintenant, il ne restait plus que son string noir. Mon cŇďur sembla s’arr√™ter alors que je prenais ce petit morceau de tissu qui ne couvrait m√™me pas sa chatte. Je l’ai finalement sorti. J’ai pli√© ses jambes au niveau du genou pour les ouvrir lat√©ralement pour mieux voir. Maintenant, sa chatte √©tait compl√®tement expos√©e. J’avais une vue parfaite. La fente entre les longs poils s’√©tendait d’un bout √† l’autre. Les l√®vres de sa chatte couvraient sa bouche √† gauche et √† droite. Son clitoris √©tait petit mais vivant. Alors que je continuais √† √©tudier, ma bite √©tait lev√©e et palpitante. Ses hanches nues semblaient √©normes. Ensuite, j’ai attrap√© ses chevilles et ouvert ses jambes vers le haut et sur les c√īt√©s. Ses hanches √©taient maintenant expos√©es comme des courgettes. La pr√©sence de son trou du cul entour√© de cheveux noirs n’√©tait m√™me pas apparente. √áa sentait la pisse alors que la chaleur de sa chatte frappait mon visage. Ce parfum qui a frapp√© mon nez √©tait plus efficace que m√™me le parfum de la plus haute qualit√©. J’ai rassembl√© tout mon courage et l√©ch√© ma langue, puis j’ai lentement commenc√© √† la l√©cher. √áa avait un go√Ľt sal√©. J’ai aim√© √ßa m√™me si c’√©tait sal√©. Il y avait une chance qu’il se r√©veille. Je pensais que j’aurais d√Ľ √™tre plus prudent. Je l√Ęchai lentement ses jambes √† cause de la pens√©e dans ma t√™te. Je devais immortaliser cette image. Je n’aurai peut-√™tre plus jamais une opportunit√© comme celle-ci. Je suis all√© chercher mon t√©l√©phone dans le salon. J’ai pris sa chatte et son cul dans les moindres d√©tails et l’ai enregistr√© sur mon t√©l√©phone. C’√©tait un excellent investissement pour moi de ne pas me retirer 31 jours dans le futur. Jusqu’√† ce moment-l√†, j’avais essay√© de ne pas √©jaculer, maintenant je voulais √©jaculer. En regardant la chatte de Serpil, j’ai commenc√© √† imaginer divers fantasmes. Je voulais la baiser, la baiser, mais ce n’√©tait pas possible. J’ai commenc√© √† entrer et sortir, m√™me si c’√©tait un r√™ve. En une minute ou deux, j’ai commenc√© √† trembler. Je ne pouvais plus le prendre comme un grand plaisir enroul√© autour de mon entrejambe. J’ai √©jacul√© pendant quelques secondes. Le sperme jaillissant de ma bite avait ruin√© le drap. Mais ce n’√©tait pas le cas. Ce fut un moment inoubliable pour moi et je voulais le vivre pleinement. Apr√®s quelques minutes, j’√©tais compl√®tement soulag√© et j’ai repris mes esprits. J’ai d’abord mis son string, puis son pantalon de surv√™tement, et j’ai r√©par√© son haut. Apr√®s avoir nettoy√© les graines renvers√©es sur la feuille, j’ai regard√© autour de moi pour voir s’il y avait de la n√©gativit√©. Seule l’humidit√© de la prog√©niture restait sur la feuille, peu importait, j’√©tais s√Ľr qu’elle s√©cherait le matin car il faisait chaud. J’ai √©teint la lumi√®re et j’ai quitt√© la pi√®ce. Quand je me suis r√©veill√© le lendemain, il √©tait 12h00. Serpil √©tait parti travailler. Quand j’ai v√©rifi√© sa chambre, j’ai remarqu√© que les draps avaient √©t√© chang√©s. Quand j’ai regard√© le panier o√Ļ √©taient plac√©es les choses sales, un string, un pantalon de surv√™tement et un drap √©taient au m√™me endroit. Je me demandais vraiment s’il comprenait quelque chose. Quand je suis rentr√© √† la maison vers 22h00 du soir, Serpil avait pr√©par√© le d√ģner et m’attendait. Parce que je suis arriv√© en retard, ” O√Ļ √©tais-tu pass√©? Je t’attendais depuis des heures. Je n’ai pas mang√© non plus parce que je t’attendais!”Bien que cela m’ait d√©rang√© pendant un moment, le sourire sur son visage m’a adouci. “D√©sol√© ma fille, je ne veux pas que tu meures de faim! Alors que dira notre peuple!”J’ai dit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

pornos frei porno deutsches porno iphone porno kamera porno student porno blonde porno creampie porno massage porno sleeping porno mom porno sister porno