free facebook porno

Mon frère voulait Ă©pouser la fille qu’il avait rencontrĂ©e lors de sa dernière annĂ©e Ă  l’universitĂ©. C’est pourquoi nous sommes allĂ©s Ă  Adana pour demander une fille. Après un long voyage en bus, nous sommes arrivĂ©s Ă  Adana et nous nous sommes enregistrĂ©s dans un hĂ´tel. Mon père a louĂ© une voiture pour que nous puissions avoir un moyen de transport pratique pendant notre sĂ©jour Ă  Adana. Le lendemain, nous sommes allĂ©s au village de la fille. On a trouvĂ© leur maison. Il y avait des conversations en cours, mais la fille que mon frère allait Ă©pouser n’Ă©tait toujours pas apparue. Nous avons finalement vu la fille apporter les cafĂ©s. C’Ă©tait une fille fermĂ©e, elle avait un bon physique, mais elle n’avait pas non plus une beautĂ© aussi mignonne. Mais la fille qui est venue après elle Ă©tait un dĂ©sastre complet, quand je l’ai vu, ma bouche s’est ouverte. Plus tard, j’ai dĂ©couvert qu’elle Ă©tait aussi la sĹ“ur de la fille que mon frère allait Ă©pouser. Il s’appelait TuÄźba, il avait le mĂŞme âge que moi, 1,70 m. Elle m’a impressionnĂ© avec ses gros seins dressĂ©s, ses hanches rebondies pour son âge et ses vĂŞtements Ă©lĂ©gants. Des filles de cette famille, elle Ă©tait la seule Ă  ĂŞtre ouverte.

Nous avons demandĂ© Ă  mon frère la fille ce jour-lĂ . Le lendemain, nous sommes retournĂ©s Ă  Giresun. La date Ă©tait fixĂ©e, le mariage devait avoir lieu Ă  la mi-juillet. Les jours passèrent et la date du mariage arriva. Nous avons Ă©galement revu le voyage Ă  Adana. Cette fois, il semblait que la route ne s’arrĂŞtait pas. Quand nous sommes arrivĂ©s Ă  Adana, nous sommes immĂ©diatement allĂ©s au village au lieu de l’hĂ´tel et nous nous sommes installĂ©s dans une maison qu’ils nous ont montrĂ©e. Le mariage Ă©tait dans 2 jours. La robe de mariĂ©e, le mariĂ©, etc., tout Ă©tait prĂŞt. Comme les familles ne pensaient qu’Ă  la ruĂ©e vers le mariage, nous nous promenions avec TuÄźba. nous Ă©tions comme des amis pendant 2 jours.

Après la cĂ©lĂ©bration du mariage la nuit de noces, une grande table a Ă©tĂ© dressĂ©e. Ceux qui mangeaient la nourriture se levaient, ceux qui le voulaient se promenaient, ceux qui le voulaient bavardaient, il y avait une ambiance festive complète. Nous Ă©tions assis sous un arbre avec TuÄźba. TuÄźba avait une tenue moulante blanche sur le dessus et une jupe moulante bleue au-dessus du genou en dessous. C’Ă©tait super avec un maquillage lĂ©ger. Quand j’ai dit Ă  TuÄźba que je m’ennuyais beaucoup, il est venu me chercher et m’a dit: “Viens avec moi!”dit-il. Nous sommes arrivĂ©s devant une maison que nous n’avons pas reconnue. C’Ă©tait loin du lieu du mariage. Tugba sortit une clĂ© de son sac et ouvrit la porte. “OĂą est cet endroit?”quand j’ai dit: “La maison de mon ami, ils sont allĂ©s Ă  Adana pendant 2 semaines en famille!”il a dit et a souri. Je suis allĂ© dans le salon et TuÄźba a apportĂ© du coca de la cuisine. Nous avons commencĂ© Ă  parler en buvant nos Coca.

Une fois le coca terminĂ©, TuÄźba a pris le verre dans ma main et l’a posĂ© sur le plateau. Je ne pouvais pas supporter de le voir se promener devant moi et ramasser le plateau. Je l’ai immĂ©diatement allongĂ©e sur le siège en la saisissant autour de la taille et me suis accrochĂ©e Ă  ses lèvres. Il me poussait, mais il n’y arrivait pas. Quand il a libĂ©rĂ© ses lèvres de mes lèvres, il a dit: “Regarde, je vais crier, non!”dit-il. Mais je n’Ă©coutais pas, “Allez, tu m’as tellement excitĂ©!J’ai dit. Il a dit :”Je suis vierge!”dit-il. “Je promets que je ne toucherai pas Ă  ta jeunesse!”il s’est un peu calmĂ© quand j’ai dit. Je m’accrochai Ă  nouveau Ă  ses lèvres. Il ne me rendait pas la pareille, mais il ne m’empĂŞchait pas de m’embrasser comme avant.

J’ai embrassĂ© ses lèvres doucement pendant un long moment, sa respiration avait changĂ©. Je suis descendu de ses lèvres Ă  son cou et je suis parti après lui avoir lĂ©chĂ© le cou pendant un moment. Ma bite devenait vraiment dure. J’ai immĂ©diatement enlevĂ© mon pantalon et posĂ© mon caleçon. Tugba fixait ma bite avec surprise. “Allez, lèche-le!”quand j’ai dit: “Je ne prends pas ça dans ma bouche!”dit-il. J’ai insistĂ© “ ” Allez, ne pleurniche pas!”parce que. Il le prit Ă  contrecĹ“ur dans sa main, et après l’avoir examinĂ© un peu, il ouvrit les lèvres. Quand je l’ai mis dans ma bouche avec des mouvements lents, un grand plaisir m’est venu. Je voulais qu’il accĂ©lère, mais il Ă©tait novice et ne pouvait mĂŞme pas prendre toute ma bite dans sa bouche. Je devenais encore plus excitĂ© en le regardant lĂ©cher novice. Après que Tugba m’ait lĂ©chĂ© la bite pendant environ 10 minutes, il a dit: “Ça suffit!”dit-il. Je n’ai pas poussĂ© plus fort non plus. J’ai immĂ©diatement enlevĂ© la sangle sur elle, dĂ©liĂ© sa chatte et embrassĂ© ses seins dressĂ©s.

Tugba me regardait d’un cĂ´tĂ© et gĂ©missait lĂ©gèrement de l’autre. Ses mamelons Ă©taient bien cloquĂ©s, ce qui Ă©tait un signe qu’elle apprĂ©ciait ça. Ses yeux se fermaient lentement. Ses seins Ă©taient complètement mouillĂ©s par mon lĂ©chage, je lĂ©chais ses deux seins rapidement. J’ai enlevĂ© la jupe de TuÄźba sans arrĂŞter de sucer ses seins. En dessous, il y avait une culotte avec des taches rouges sur du blanc. Elle avait l’air si sexy sur sa peau blanche. J’aurais pu dĂ©chirer sa culotte et la baiser Ă  ce moment-lĂ , mais si elle l’avait dit Ă  quelqu’un, ma mort aurait pu venir de ce village. Je suis descendu avec des baisers de ses seins Ă  son ventre. Je suis enfin arrivĂ© Ă  ta culotte. Juste au moment oĂą elle Ă©tait sur le point d’enlever sa culotte, la Brique a attrapĂ© ma main et a dit: “Non!”dit-il. “Je ne toucherai pas Ă  ta jeunesse, je vais juste te lĂ©cher la chatte!”quand j’ai dit: “Pas question!”dit-il.

Alors je n’ai pas insistĂ©, j’ai commencĂ© Ă  lui lĂ©cher la chatte Ă  travers sa culotte. Peu Ă  peu, sa culotte se mouillait. Quand j’ai regardĂ© TuÄźba, il serrait ses deux seins avec ses mains et serrait. Vraiment pour son âge, elle avait de superbes seins droits et gros. J’ai soulevĂ© TuÄźba et l’ai fait se recroqueviller sur le siège, j’ai embrassĂ© les joues de son cul sur la culotte et j’ai commencĂ© Ă  le caresser. D’un cĂ´tĂ©, je caressais le haut de sa chatte. Tugba a commencĂ© Ă  avoir des contractions et a finalement eu un orgasme. J’ai de nouveau allongĂ© TuÄźba sur le dos et mis ma bite dans sa bouche. Cette fois, il le prit sans objection, le ramassa et le lĂ©cha. Très vite, j’ai rĂ©alisĂ© que j’allais jouir aussi, et je l’ai sorti de sa bouche et Ă©jaculĂ© sur ses seins. TuÄźba s’est immĂ©diatement levĂ© et a couru vers la salle de bain. D’abord il s’est lavĂ©, est sorti, puis je suis allĂ© dans la salle de bain.

Quand je me suis lavĂ© et que je suis sorti, Tugba Ă©tait habillĂ© et assis sur le canapĂ©, me regardant avec des yeux en colère. Quand je m’assois Ă  cĂ´tĂ© de lui, il dit “ ” Allons-y!”il s’est levĂ©, a-t-il dit. Nous avons quittĂ© la maison, sommes allĂ©s au lieu du mariage sans parler. Les gens s’amusaient encore. Le plaisir a durĂ© jusqu’Ă  4 heures du soir, puis tout le monde s’est dispersĂ© chez lui. Le matin, mes parents leur ont dit que nous allions dĂ©jeuner hier. Normalement, je n’y serais pas allĂ©, mais j’y suis allĂ© pour pouvoir parler Ă  TuÄźba. Mon frère et ma belle-sĹ“ur Ă©taient partis pour Antalya pour leur lune de miel tĂ´t le matin. TuÄźba n’est pas venu au petit-dĂ©jeuner en disant qu’il avait mal Ă  la tĂŞte, mais j’Ă©tais sĂ»r que cela n’avait rien Ă  voir avec cela. Nous n’avons jamais parlĂ© avec TuÄźba après le petit dĂ©jeuner non plus.

Ça me dĂ©rangeait. J’ai dit Ă  mon père que je voulais faire un tour en voiture pendant un moment et j’ai obtenu la permission. Je voulais rester un peu Ă  l’Ă©cart du village jusqu’Ă  ce que j’aille Ă  Giresun. Je suis allĂ© Ă  Adana. J’ai marchĂ© et errĂ© jusqu’au soir. J’allais rentrer au village Ă  minuit, mais vers 9 heures, j’ai reçu un message de TuÄźba sur mon tĂ©lĂ©phone: “Je t’attends sur le chemin Ă  l’entrĂ©e du village!” c’Ă©tait Ă©crit. J’ai immĂ©diatement sautĂ© dans la voiture et me suis dirigĂ© vers le village. Il y avait un petit sentier Ă  droite avant l’entrĂ©e du village, j’y ai tirĂ© la voiture. Je suis descendu et j’ai commencĂ© Ă  regarder autour de moi, rien ne pouvait ĂŞtre vu dans l’obscuritĂ©. Ă€ ce moment-lĂ , quelqu’un derrière moi a fermĂ© les yeux.

C’Ă©tait Tugba. Il souriait cette fois. Nous sommes montĂ©s dans la voiture immĂ©diatement. “Retournons chez mon ami!”dit-il. J’ai commencĂ© Ă  conduire la voiture vers lĂ -bas. Je lui ai dit: “Pourquoi ne voulais-tu pas me parler aujourd’hui?”J’ai demandĂ©. Mais TuÄźba a dit: “N’en parlons pas, nous commençons par le dĂ©but!”il sourit en disant. Il Ă©tait un peu plus de 10 heures lorsque nous sommes arrivĂ©s chez son ami. Quelque chose allait se passer ce soir, je pouvais le sentir. Cette fois, elle portait un pantalon moulant en dessous et un chemisier Ă  bretelles rouges par-dessus. Ses cuisses se montraient bien de son jean moulant. Je ne pouvais pas le supporter, mais cette fois je devais ĂŞtre un peu lourd. Il est venu vers moi et s’est assis. On Ă©tait juste en train d’avoir une conversation.

Il m’a mis sur le dos sur le siège dans un moment auquel je ne m’attendais pas. Il s’est collĂ© Ă  mes lèvres et nous avons commencĂ© Ă  nous embrasser. C’Ă©tait comme si la fille rĂ©ticente de la veille Ă©tait partie et que quelqu’un officiellement excitĂ© Ă©tait venu Ă  sa place, et j’en Ă©tais heureux. Pendant que nous nous embrassions, il s’est assis juste sur mes genoux, jetant une jambe Ă  l’autre. Ma bite touchait sa chatte, mais je ne pouvais pas sentir grand-chose, nous avions tous les deux un pantalon. Tugba Ă©tait un très bon embrasseur, il Ă©tait juste rĂ©ticent ce premier jour. Il a enlevĂ© le T-shirt que je portais et a commencĂ© Ă  planter des baisers sur la partie supĂ©rieure de mon corps. Il est finalement venu dans mon ventre en m’embrassant. Il a enlevĂ© mon pantalon sans s’attarder trop longtemps. Il a pris ma bite dans sa main en posant mon boxer et l’a caressĂ© pendant un moment comme un 31e extracteur.

Et puis il a commencĂ© Ă  embrasser mes couilles. Au fait, il tapotait ma bite vite et vite. DĂ©c. J’aimais beaucoup ça et je ne savais pas que TuÄźba avait de telles compĂ©tences. Finalement, ses lèvres sont venues Ă  ma bite, il a lentement pris sa tĂŞte dans sa bouche et a commencĂ© Ă  avancer, lĂ©chant Ă  nouveau jusqu’au milieu comme avant, mais cette fois il Ă©tait disposĂ©. J’ai commencĂ© Ă  pousser en la tenant par les cheveux, mais elle n’accĂ©lĂ©rait pas, elle avançait Ă  son rythme. J’Ă©tais littĂ©ralement dans un sentiment de plaisir mĂŞlĂ© de douleur, je voulais que ça s’accĂ©lère davantage, mais ça n’arrivait pas.

Tugba a finalement lâchĂ© ma bite et s’est levĂ©. Il a enlevĂ© la fronde dessus. Il n’y avait pas de sĂĽdyen dedans cette fois. J’ai immĂ©diatement embrassĂ© ses seins. J’Ă©tais vraiment excitĂ©e, je l’ai immĂ©diatement assise sur mes genoux, ma bite touchait sa chatte directement Ă  travers son pantalon. Ses seins Ă©taient complètement vivants et elle gĂ©missait. Je l’ai pris sur mes genoux et l’ai mis sur le dos sur le lit, j’ai enlevĂ© son pantalon. Je n’ai pas enlevĂ© ta culotte. Tugba, ” Pourquoi ne l’enlèves-tu pas?”quand il a dit, j’ai souri et immĂ©diatement accrochĂ© par sa culotte, le laissant nu en quelques secondes.

Son corps Ă  la peau blanche se tenait nu devant moi. Quand j’ai ouvert ses jambes, sa chatte glabre et glissante est apparue devant moi. Je me suis penchĂ© et j’ai donnĂ© un petit coup de langue. Il gĂ©mit lĂ©gèrement. J’ai aussi commencĂ© Ă  accĂ©lĂ©rer beaucoup ma langue. TuÄźba a Ă©galement commencĂ© Ă  gĂ©mir plus fort. Il lui serrait les seins et lui mordait la lèvre. J’ai bien embrassĂ© la chatte du brigadier, mes lèvres Ă©taient sur les lèvres de sa chatte, ma langue y allait. Tugba Ă©tait extatique. Quand il a dit ” “Tu peux me baiser”, les mondes sont devenus les miens, mais immĂ©diatement il a dit :” Juste sur mes fesses, pas touche Ă  ma jeunesse!”dit-il. Alors j’ai hochĂ© la tĂŞte dans le sens d’OK.

J’ai soulevĂ© le tugba et l’ai tordu. Ses cuisses Ă©taient devant moi comme des citrouilles. J’ai immĂ©diatement commencĂ© Ă  lĂ©cher son trou du cul. Je caressais son clitoris d’une main. Tugba a eu un orgasme après un moment en criant. Alors j’ai mis mon majeur dedans pour pratiquer le trou du cul. Alors qu’il doigtait, ses muscles de novembre se relâchaient progressivement. Tugba, d’autre part, n’Ă©mettait aucun son autre que des gĂ©missements, parfois il semblait juste marmonner dĂ©cemment. Quand je m’y suis habituĂ© Ă  fond et que je l’ai dĂ©tendu, j’ai dit qu’il Ă©tait temps de me mettre au travail, et j’ai appuyĂ© ma bite contre le trou du cul avec beaucoup de turkuruk et l’ai appuyĂ©e immĂ©diatement. Dès que sa tĂŞte est entrĂ©e, Tugba a poussĂ© un cri Ă©trange. J’ai ramassĂ© sa culotte par terre et je l’ai fourrĂ©e dans sa bouche. En appuyant, j’entrais lentement dans ton cul. après environ 4-5 minutes, ma bite Ă©tait toute dans ton cul.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

pornos frei porno deutsches porno iphone porno kamera porno student porno blonde porno creampie porno massage porno sleeping porno mom porno sister porno