feet mother porno

Salutations, je m’appelle Baran. je suis un ingĂ©nieur civil de 40 ans. Je fais de l’ingĂ©nierie de projet dans une petite entreprise de construction nouvellement crĂ©Ă©e. Plus de la moitiĂ© de ma journĂ©e se passe au bureau au bureau. Comme le lieu de travail Ă©tait nouveau, il n’y avait aucun employĂ© au bureau Ă  part moi. Je regardais les tĂ©lĂ©phones, rencontrais le personnel sur le terrain et les entreprises avec lesquelles nous faisons affaire, prĂ©parais et dessinais des projets. Parfois, les choses Ă©taient perturbĂ©es lorsque j’avais besoin d’aller sur le terrain. Quelques jours par semaine, la femme du portier venait nettoyer l’appartement, et sans elle, j’aurais complètement brĂ»lĂ©.

J’ai dit au patron Ă  quelques reprises de trouver quelqu’un d’expĂ©rimentĂ© en dessin qui pourrait aussi faire du secrĂ©tariat, mais il n’a pas Ă©coutĂ©. Mais Ă  la fin, après toute mon insistance, il a dit: “Un parent Ă©loignĂ© Ă  moi a une fille, elle Ă©tudie le gĂ©nie civil, une telle personne vous serait-elle utile?”quand il a demandĂ© “”C’est utile, laissez-le au moins regarder les tĂ©lĂ©phones et m’enlever une partie du travail de dessin!J’ai dit. “D’accord, alors je lui dirai de venir te voir, si ça marche pour lui, tu comprends, si ça ne marche pas, renvoie-le!”dit-il. Le patron Ă©tait une personne ouverte d’esprit, il se dĂ©barrassait de donner de l’argent supplĂ©mentaire pour embaucher un Ă©tudiant pour trois centimes, pour obtenir une assurance. Mais je ne m’y suis pas attardĂ©, au moins parce que cela allĂ©gerait un peu mon fardeau.

Le lendemain, mon tĂ©lĂ©phone a sonnĂ© pendant que je travaillais. C’Ă©tait la jeune fille dont il parlait, l’appelant, elle s’appelait Tuğçe. Il avait l’adresse de son lieu de travail, mais il ne savait pas comment s’y rendre car il ne connaissait pas Istanbul, il m’a demandĂ© d’attribuer un emplacement. “D’accord, je vais l’envoyer tout de suite!”J’ai donnĂ© le poste en disant, j’ai aussi Ă©crit comment cela viendrait.

Environ deux heures plus tard, quand on a frappĂ© Ă  la porte, je l’ai ouverte. Quand un Ă©lève dit, un sac sur le dos, un cahier Ă  la main, un crayon, une règle, etc. J’attendais quelqu’un qui l’Ă©tait, alors qu’en face de moi se trouvait une fille grande et mince, ressemblant Ă  un mannequin. Elle portait un jean bleu avec de courtes jambes maigres et un chemisier sans bretelles caoutchoutĂ©. Son ventre, sa poitrine et ses Ă©paules Ă©taient nus. Elle portait des chaussures bleues Ă  talons hauts pointus.

Face Ă  ce point de vue, j’ai d’abord pensĂ© que cela sonnait faux et j’ai dit: “Excusez-moi, qui regardiez-vous?”J’ai demandĂ©. ”Je cherchais M. Baran, j’ai eu une conversation au tĂ©lĂ©phone …”quand j’ai dit, la pièce est tombĂ©e. “C’est ton baran, tu m’as rencontrĂ©, tiens, entre!J’ai dit. Il passa, accompagnĂ© du cliquetis de ses chaussures sur le parquet cirĂ©. Son pantalon moulant Ă©tait Ă©troitement enroulĂ© autour de ses jambes, de ses hanches et de ses fesses. Il n’y avait pas de ceinture sur son pantalon taille haute. Son entrejambe et les lignes arrondies de son cul Ă©taient complètement visibles. Je ne pouvais pas dĂ©tacher mes yeux de la courbe de sa fine taille blanche et de son magnifique cul pendant un moment.

Quand j’ai dit: “M. Nazmi m’a dit que vous Ă©tiez Ă©tudiant…”, il intervint, “Je suppose que je ne rentre pas dĂ©cemment dans votre profil d’Ă©tudiant?”dit – il en souriant. “EstaÄźfurullah, il semble que je sois un peu vieux, s’il te plaĂ®t!” Je lui ai demandĂ© d’aller Ă  la table de rĂ©union. Elle posa son sac noir brillant sur la table dans sa main et s’assit sur la chaise. Je me suis tenu devant lui et lui ai demandĂ© s’il allait boire un verre. “Merci!”quand il a gentiment dit qu’il ne voulait pas, je lui ai parlĂ© de moi, de ce que nous faisions, du genre de personne dont nous avions besoin. Il Ă©coutait avec intĂ©rĂŞt.

Il Ă©tait excitĂ© quand je lui ai demandĂ© de se prĂ©senter. Il a dit que c’Ă©tait son premier entretien d’embauche. “DĂ©tendez-vous, il n’y a pas de quoi s’Ă©nerver!J’ai dit. Il a dit qu’il Ă©tait originaire d’Antalya, que sa famille y vivait, qu’il Ă©tudiait ici dans une universitĂ© privĂ©e avec une demi-bourse. C’Ă©tait l’une des fausses universitĂ©s qui ont prolifĂ©rĂ© comme des champignons ces dernières annĂ©es. il avait 19 ans et Ă©tait en deuxième annĂ©e. Elle logeait dans un dortoir privĂ© pour filles. Il avait discutĂ© de la question de l’argent avec le patron et avait acceptĂ©, je n’Ă©tais pas impliquĂ© dans cette partie.

Il Ă©tait prĂŞt, mais il hĂ©sitait parce que ce serait sa première expĂ©rience de travail. “N’aie pas peur que je ne puisse pas, je ne peux pas, n’aie pas peur. C’est difficile au dĂ©but, mais ensuite le reste vient tout seul. Je t’aiderai aussi, je ferai de mon mieux. L’Ă©cole ne donne que des connaissances thĂ©oriques, le lieu de travail est le lieu qui vous donnera la vĂ©ritable qualification d’ingĂ©nieur!”J’ai dit de convaincre. Finalement, il a dit: “D’accord alors!”il a acceptĂ©, en disant.

Je lui ai demandĂ© de rĂ©gler les heures de travail en fonction de l’horaire des cours. Quand j’ai dit: ”Pas toujours, mais parfois il peut ĂŞtre nĂ©cessaire de rester en poste, parfois il est nĂ©cessaire de travailler le samedi…”, il a dit: “Cela ne me dĂ©range pas tant qu’il n’est pas trop tard. Je dois m’enregistrer au dortoir avant 23h00 ou ils fouillent la maison!”dit-il. “Non, on ne sera pas si tard, je te dĂ©poserai dans ces cas-lĂ !”il Ă©tait content quand je l’ai dit.

Quand je quitte Tugçe, je me sens (Wow, qu’est-ce que c’est, ma femme me mangerait la tĂŞte si elle voyait ça!) “J’ai dit. Tugçe Ă©tait une fille vraiment belle et attirante. Il avait des cheveux noirs qui descendaient le long de son dos, une peau blanche, de grands yeux bruns, des sourcils noirs en forme. Si elle Ă©tait mannequin au lieu de travailler ici pour trois cents, elle gagnerait beaucoup plus. Ă€ mon Ă©poque, il y avait 5 filles dans tout le dĂ©partement de gĂ©nie civil. Ils Ă©taient aussi des types inĂ©gaux et ringards partout. Nous n’aurions pas pu voir une fille comme Tuğçe dans nos rĂŞves.

Le patron a appelĂ© et a demandĂ© si la fille Ă©tait arrivĂ©e. “Il est arrivĂ©, il commencera demain!J’ai dit. “Comment l’aimes-tu, ma fille, est-ce que ça t’est utile?”quand il a demandĂ© “”Nous allons gĂ©rer maintenant!J’ai dit. Alors que je l’aimais beaucoup.

Le lendemain dans l’après-midi, on a frappĂ© Ă  la porte, c’Ă©tait Tuğçe. Cette fois, il portait un jean noir avec des jambes courtes et serrĂ©es. Il lui serra les cuisses, l’aine et le cul comme le jean bleu d’hier. En plus de cela, elle portait un pull fin qui laissait Ă  nouveau son nombril exposĂ©. Il marchait comme ça malgrĂ© le temps frais dehors. Il avait d’Ă©paisses bottes noires Ă  talons hauts aux pieds.

Le bureau oĂą il allait travailler Ă©tait Ă  l’intĂ©rieur, en face de la porte d’entrĂ©e. Parce que son ordinateur portable n’Ă©tait pas encore arrivĂ©, il a dit: “Prends une chaise et assieds-toi Ă  cĂ´tĂ© de moi!”Dis – je en montrant ma chambre. Au moins, il pouvait me regarder pendant que je dessinais et apprendre quelque chose, prendre des notes. D’abord, je t’ai fait visiter le petit bureau, je t’ai montrĂ© la cuisine et la salle de bain. Il y avait une pièce dans le bureau autre que ma chambre oĂą le patron restait quand il venait, mais la porte Ă©tait toujours fermĂ©e.

Il a tirĂ© la chaise d’Ă©tude Ă  cĂ´tĂ© de moi et s’est assis, se jetant sur ses jambes et a commencĂ© Ă  prendre des notes sur son calendrier. L’odeur d’un parfum intense emplissait la pièce. De temps en temps, il se penchait vers l’Ă©cran pour voir de plus près. Ă€ de tels moments, il n’y avait qu’une distance trompeuse entre nous. Ses seins bombĂ©s, qui la faisaient paraĂ®tre plus âgĂ©e que son âge, dĂ©passaient sous son pull fin. Ă€ ce moment-lĂ , je pouvais difficilement m’empĂŞcher de ne pas m’accrocher Ă  ses Ă©paisses lèvres roses.

La fille Ă©tait un dĂ©sastre absolu. J’Ă©tais un homme mariĂ© avec deux enfants. Et je n’Ă©tais pas un fou non plus. J’avais une vie de baise agrĂ©able et rĂ©gulière avec ma femme, mais la beautĂ© de la fille, la fraĂ®cheur et la vitalitĂ© de l’âge de 19 ans m’ont Ă©poustouflĂ©. Ma bite devenait dure, que je le veuille ou non.

Quand nous travaillions, nous nous appelions “Lady” et “Gentleman”. Je ne voulais pas lui paraĂ®tre impoli en l’appelant par son prĂ©nom dès le premier jour. Cependant, il a brisĂ© ce mur Tugçe et a dit: “Il suffit de m’appeler Tugçe, vous n’avez pas besoin de m’appeler Madame!”dit – il en souriant. Il a dit cela compte tenu de la position et de la diffĂ©rence d’âge entre nous. “D’accord, comme tu veux!”Dis-je joyeusement.

Tuğçe Ă©tait en deuxième annĂ©e, mais il Ă©tait très dĂ©ficient en dessin. Il ne savait pas comment faire beaucoup de choses, il mĂ©langeait les commandes. Il fallait le cultiver, et cela augmenterait plutĂ´t que rĂ©duirait mon fardeau. Quand j’ai dit que j’Ă©tudiais en deuxième annĂ©e, je pensais qu’il avait appris certaines choses maintenant, mais j’avais tort. NĂ©anmoins, il semblait qu’elle comblerait cet Ă©cart avec sa beautĂ© et son charme. Au moins, j’allais regarder une telle beautĂ© au lieu de regarder fixement les murs du bureau.

Ă€ un moment donnĂ©, je lui ai demandĂ© de me donner le catalogue des matĂ©riaux sur la table opposĂ©e. DĂ©c. Elle se leva et se pencha pour le ramasser sur la table, Ă  ce moment son cul rond sous son jean noir moulant brillait comme le soleil devant mes yeux. Les traces de slip Ă©taient visibles sous le jean. Il prit le catalogue et s’assit Ă  nouveau Ă  cĂ´tĂ© de moi. Je lui ai posĂ© des questions et lui ai demandĂ© de rĂ©pondre en regardant le catalogue. J’entrais les informations en fonction de ses rĂ©ponses.

Il ne comprenait pas certaines choses, il Ă©tait confus. Il Ă©tait nerveux, il souffrait d’inexpĂ©rience, mais c’Ă©taient les choses habituelles de la vie professionnelle. Ma voix aura Ă©tĂ© un peu forte, et j’ai remarquĂ© que ses yeux Ă©taient humides. “Quel est le problème, quel est le problème?”quand j’ai dit: “Je n’y arrive pas!”en disant cela, il a laissĂ© le catalogue sur la table et a couru dans la cuisine. Je l’ai poursuivie, elle Ă©tait assise sur une chaise en train de pleurer.

Je me suis agenouillĂ© devant lui et j’ai mis ses mains sur ses genoux. “Pas si tu fais ça, tu seras fort, tu seras dĂ©terminĂ©. Sinon, c’est facile de pleurer, tout le monde le fait, l’essentiel est de rĂ©ussir. Je suis sĂ»r que tu peux y arriver. Si vous voulez devenir un très bon ingĂ©nieur Ă  l’avenir, n’abandonnez jamais!”J’ai dit quelques mots de gens comme ça pour remonter le moral. Mais mes mots ont fonctionnĂ©. Il essuya du revers de la main les fines larmes qui coulaient sur ses joues blanches. “Je suis dĂ©solĂ©!”dit – il en se tirant le nez.

Je me suis redressĂ© et j’ai mis ma main sur son Ă©paule, “C’est bon, faisons une pause si tu veux dĂ©cembre. Tu veux un cafĂ©?”J’ai demandĂ©. En riant mais toujours avec de vieux yeux, il s’est levĂ© et a dit: “S’il te plaĂ®t, laisse-moi faire, ce n’est pas ton travail!”dit-il. Il m’a demandĂ© comment je voulais mon cafĂ©. “D’accord, comme tu veux!”Je suis entrĂ© Ă  l’intĂ©rieur en disant.

Quelques minutes plus tard, il est venu avec une tasse de cafĂ© Ă  la main. Notre bureau Ă©tait au huitième Ă©tage. Pendant que nous Ă©tions cĂ´te Ă  cĂ´te, regardant la vue, buvant notre cafĂ©, j’ai posĂ© des questions pour le rĂ©conforter, parlĂ© d’autres sujets. Je lui ai dit “ ” N’as-tu jamais pensĂ© au mannequinat?”J’ai demandĂ©. Il semblait embarrassĂ©. “Eh bien, en fait, pensais-je, mĂŞme ma mère m’a inscrit Ă  l’agence d’Antalya, mais ma grand-mère ne voulait pas que je le fasse. Il est tellement en colère contre maman!”dit – il en souriant.

“Tu es une belle fille, tu peux gagner plus en faisant du mannequinat que ce que tu obtiendras d’ici!”quand j’ai dit cela, sa timiditĂ© a encore augmentĂ©. “Merci!”dit-il poliment. “Ne vous mĂ©prenez pas, s’il vous plait!”J’ai dit, c’est lĂ  que j’ai rĂ©alisĂ© que je l’avais embarrassĂ©. J’Ă©tais un peu faible sur les relations hommes-femmes. Je bois avec des hommes dans l’industrie de la construction depuis des annĂ©es. J’ai mĂŞme rencontrĂ© ma femme grâce Ă  ma mère, nous Ă©tions des parents Ă©loignĂ©s.

“Vous ĂŞtes les bienvenus, que voulez-vous dire. Tu n’es pas le premier Ă  dire ça!”dit-il. Puis, pour changer de sujet, il a posĂ© des questions sur mon mariage et mes enfants. Il y avait des photos de ma femme et de mes enfants sur mon bureau. “Ta femme est très belle!”il a dit après. Il avait des regards Ă©vasifs timides quand il a dit cela. Il s’est arrĂŞtĂ© un moment et a dit “ ” Avez-vous une petite amie?”J’ai demandĂ©. Son visage rougit un peu “ ” Non, il y en avait, mais nous avons rompu, je suis libre maintenant!”dit-il en riant. Puis, pensant qu’il avait Ă©tĂ© indiscret, il a dit: “Eh bien, excusez-moi!”dit-il. “C’est très bien.J’ai dit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

pornos frei porno deutsches porno iphone porno kamera porno student porno blonde porno creampie porno massage porno sleeping porno mom porno sister porno